monte escalier mode emploi

Financement d’un monte-escalier : le mode d’emploi !

Les personnes qui ne sont pas en mesure de conserver leur autonomie peuvent avoir besoin d’un ascenseur pour rester chez elles.

Cependant, le coût de ce type d’équipement, qui se situe généralement entre 2500 et 10 000 euros selon le type de modèle ainsi que les limites d’installation, peut être difficile à assumer seul. Heureusement, il existe de nombreuses aides pour vous aider à financer l’achat et l’installation du monte-escalier.

Les aides existantes pour l’installation d’un monte-escalier sont les suivantes.

  • APA
  • La subvention de l’Anah
  • La caisse de retraite
  • Le prêt de la CAF
  • Le crédit d’impôt
  • Les aides locales

Le monte-escalier n’étant pas inscrit sur la liste des produits et prestations établie par l’Assurance maladie, il ne peut pas être remboursé par la Sécurité sociale.

Qu’est-ce qu’un monte-escalier ?

Un monte-escalier est un système domestique qui permet à une personne handicapée ou agée de se déplacer avec aisance dans son logement. Cet équipement, utile pour le maintien à domicile, comprend des rails qui se fixent aux marches ainsi qu’un siège et un moteur. Le monte-escalier est un outil efficace pour assurer la sécurité d’un proche vivant à son domicile.

Quel est le coût d’un monte-escalier ?

Le coût d’un monte-escalier peut varier entre 2 500 euros et 10 000 euros. Cela dépend du type de monte-escalier choisi par la personne âgée ou la famille. Un monte-escalier droit est certainement moins cher qu’un monte-escalier courbé.

Si les problèmes de mobilité de la personne assistée ne sont que temporaires (par exemple, à la suite d’une hospitalisation), vous pouvez également envisager de louer le monte-escalier pendant une période déterminée.

Qu’est-ce que le crédit d’impôt pour monte-escalier ?

Afin de couvrir les frais qui sont engagés pour améliorer l’indépendance ou l’accessibilité des personnes handicapées ou âgées à leur domicile, l’État propose différentes aides financières. L’une d’entre elles est le crédit d’impôt.

Ce crédit d’impôt a été mis en place pour la première fois en 2005 dans le cadre d’un plan d’aide aux personnes handicapées, âgées, à mobilité réduite (PMR) ou invalides pour l’aménagement de leur logement.

Ce crédit d’impôt s’élève à 25 % de tous les coûts associés à l’installation ou au remplacement d’équipements conçus pour les personnes âgées, tels que les élévateurs pour escaliers, les ascenseurs privés ou les plateformes élévatrices. Toutefois, les frais annexes, tels que les frais financiers et administratifs, ne sont pas inclus.

La valeur du crédit d’impôt sur les monte-escaliers est fixée à 5 000 euros pour une personne seule (célibataire, divorcée ou veuve) et à 10 000 euros pour un couple et à 120 euros pour chaque personne à charge, ou 60 euros pour les enfants vivant dans une résidence secondaire. Cette limite est en vigueur pendant cinq ans et il est possible de l’appliquer deux fois à cinq ans d’intervalle. Ainsi, le bénéficiaire pourrait recevoir une aide financière de 1 250 euros ou 2500 euros en fonction du système fiscal de son pays.

Il est important de savoir que le crédit d’impôt est applicable aux coûts de réparation ou d’installation d’appareils destinés aux PMR et aux personnes âgées, à l’exception des ascenseurs qui sont électriques, auquel cas seul le prix de l’équipement est pris en compte. La main d’œuvre nécessaire à leur installation n’est pas éligible.

Puis-je prétendre au crédit d’impôt ?

Le crédit d’impôt est destiné aux personnes handicapées ou âgées qui sont propriétaires de leur logement ou le louent, ou y vivent sans frais et sont exonérées d’impôts en France. Le bien ou le logement qui pourra bénéficier de l’installation doit être la résidence principale. Il peut être ancien ou neuf.

Découvrir aussi  Décoration : osez le contemporain !

De plus, pour pouvoir bénéficier du crédit d’impôt sur les équipements pour seniors, l’appareil doit être acheté et installé par la même entreprise ou le même artisan. Ce dernier doit présenter une facture complète qui doit être jointe à la déclaration de ressources de l’année suivante. L’administration fiscale prendra en considération le montant de la facture pour déterminer le montant de la réduction d’impôt sur le revenu due.

Les démarches à effectuer pour bénéficier du crédit d’impôt

Pour bénéficier de la réduction d’impôt due à l’installation et au fonctionnement d’un monte-escalier, il est important de suivre une procédure assez simple. Il vous suffit de déclarer le coût total de l’installation et de l’achat de l’équipement dans votre formulaire fiscal N-2042.

Notez que l’allègement fiscal reçu grâce au crédit d’impôt pour monte-escalier n’est pas immédiat. Si vous travaillez en 2020, le crédit d’impôt doit être déclaré avant 2021.

Veillez à conserver les justificatifs qui sont liés à la dépense.

Les différentes aides pour le monte-escalier

L’allocation personnalisée d’autonomie

installation monte escalier

L’allocation personnalisée d’autonomie est une prestation qui vous permet de payer les dépenses liées à la perte d’autonomie, comme la construction d’un monte-escalier. L’objectif est d’encourager les personnes à rester à domicile.

Pour bénéficier de l’allocation personnalisée d’autonomie, un certain nombre de conditions doivent être remplies :

  • Avoir au minimum 60 ans
  • Perdre son autonomie : seules les personnes ayant un chiffre compris entre 1 et 4 sur la grille des AGGIR peuvent prétendre à l’apa.
  • Vivre à domicile

L’APA vous permet de participer à une partie des frais d’installation d’un monte-escalier. Le montant versé est subordonné aux ressources du bénéficiaire. Plus les revenus du bénéficiaire sont faibles, plus l’APA pourra payer un monte-escalier (et l’inverse est vrai).

Le montant mensuel de l’APA varie entre 705,13 euros et 1.807,89 euros. Les actions à mener sont examinées par l’équipe médico-sociale du département.

Les demandes d’APA peuvent être adressées au conseil départemental ou au CCAS. Vous pouvez également faire la demande en appelant le centre local de coordination et d’information.

Le prêt de la CAF

Les personnes âgées qui peuvent bénéficier de certaines prestations de la CAF (Caisse allocations familiales) peuvent, sous certaines conditions, notamment de ressources, bénéficier de prêts extrêmement intéressants pour financer l’aménagement de leur logement, par exemple l’installation d’un monte-escalier à titre d’exemple.

Les fonds de pension

Les caisses de retraite peuvent également participer au financement d’équipements, comme le monte-escalier, pour permettre aux personnes âgées en perte d’autonomie de vivre dans les conditions les plus confortables. Ces aides dépendent de la caisse de retraite (de base ou complémentaire) et sont généralement fonction des conditions de ressources et du degré de dépendance de la personne concernée.

Les aides de l’ANAH

L’Agence nationale de l’habitat peut financer jusqu’à 50 % des dépenses engagées pour l’achat et l’installation d’un monte-escalier et d’autres aménagements du logement. Cette aide financière est destinée aux propriétaires âgés de plus de 65 ans qui souhaitent vivre dans leur logement le plus longtemps possible et est soumise à des conditions de ressources.

Les personnes âgées vivant dans la pauvreté peuvent recevoir une aide financière pouvant aller jusqu’à 50 % du coût du projet sans impôt, avec un montant maximal de 10 000 euros. Pour ceux qui gagnent plus, l’aide peut atteindre 35 % du montant, avec un maximum de 7 000 euros.

Les collectivités locales reçoivent une aide à la sécurisation

Certaines mairies, certains départements, et même certaines régions apportent une aide financière aux personnes âgées en perte d’autonomie pour leur permettre de rester le plus longtemps possible à domicile et de pouvoir vivre confortablement. Ces programmes peuvent être très différents et c’est la raison pour laquelle il est conseillé de contacter directement les autorités locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *